Le Jardin du Palais Royal

Le Jardin du Palais Royal

Hello

Aujourd’hui on vous emmène dans un lieu historique et paisible de la capitale

où l’on adore se retrouver pour flâner : le Jardin du Palais Royal.

Situé dans le premier arrondissement de Paris, cet endroit est un véritable écrin de douceur,

de beauté où le temps semble s’être arrêté

On aime se poser, sur un banc sous les tilleuls, sur un fauteuil face au bassin central,

ou à la terrasse d’un café afin de contempler l’architecture de ce lieu tout simplement magique.  

On apprécie également se promener dans ses galeries et découvrir les nouveautés des créateurs

comme Stella McCartney, Jérome Dreyfuss ou encore le très surprenant Rick Owens.

Côté déco on craque pour la boutique Maison de Vacances et sa collection de linge de lit en lin,

une matière naturelle qui nous rend complètement dingues. 

L’art contemporain est aussi présent dans la cour d’honneur avec l’oeuvre des « Deux Plateaux«  

plus connues sont le nom des « Colonnes de Buren« .

Très controversée à l’époque cette création fait aujourd’hui partie de la vie des Parisiens. 

 D’autres oeuvres y sont présentes comme « Les Confidents« . 

Ce sont des fauteuils typiques de jardins parisiens aussi nommés les « Causeuses Poétiques« .

Ils ont été créés par le sculpteur québécois Michel Goulet.

Vous pouvez y faire la causette et lire des vers d’illustres poètes incrustés sur chaque dossier. 

A observer également « Les fontaines à boules » en acier poli de Pol Bury.

Sans oublier le petit « Canon Chronomètre« .

Il à été conçu par l’horloger monsieur Rousseau qui avait à l’époque une boutique

dans l’une des galeries du Palais Royal

Ce canon solaire avait pour but de tonner à midi pile depuis 1786 et permettre ainsi aux passants

de régler leur montre. 

Il a cessé de sonner l’heure en 1914. Dégradé par les années et victime d’un vol en 1998

le petit canon cher aux parisiens à retrouvé sa place grâce à l’initiative du Ministère de la Culture

et de la communication, il tonne à nouveau chaque mercredi midi. 

Une devise latine était gravée sur son socle : Horas non numero nisi serenas, signifiant :

« Je ne compte que les heures heureuses ».

« Dans ce jardin, on ne rencontre
Ni pré, ni bois, ni fruits, ni fleurs.
Si l’on y dérègle ses moeurs,
Au moins on y règle sa montre. » 

A très vite! 

On vous embrasse.

Stéphanie & Chloé